Changement de modèle

UN MILLION DE RÉVOLUTIONS TRANQUILLES – Comment les citoyens changent le monde. Bénédicte Manier. Éditions LLL – Les liens qui libèrent. 2016

Dès sa première édition, en 2012, ce livre a été le premier à décrire la dimension mondiale des alternatives économiques, démocratiques et écologiques mises en place par la société civile. Il a séduit toute une génération qui se reconnaît dans cette invention d’un nouveau monde et a reçu le Prix 2013 du Livre de l’Environnement. Avec cette 2ème édition, enrichie de nouvelles alternatives, l’auteure poursuit son voyage…

 

 

 

L’EAU-DELÀ DE L’EAU – De l’autre côté de l’eau” Jacques Collin. Guy Trédaniel Editeur. 2011, 2012.

Après la publication des livres L’Eau le Miracle Oublié et L’Insoutenable Vérité de L’Eau, Jacques Collin poursuit sa quête vers l’ultime révélation de l’eau. En passant de l’autre côté du “miroir de l’eau”, l’homme va découvrir de nouveaux univers avec lesquels il va retrouver l’essence et le sens de sa vie. La “reconquête” de ces nouvelles dimensions est, pour chacun, un chemin personnel et intime vers la totalité de son être. A condition d’être à l’écoute de soi, il expose : comment l’intelligence de notre corps, de la vie et sa perfection peuvent nous amener à la certitude que le bonheur, la joie et l’amour sont les seules “fréquences” sur lesquelles la totalité de la Création fonctionne ; comment l’eau, à la frontière des mondes physique et métaphysique, va devenir l’énergie du futur et refonder la société civile. Les nouvelles découvertes scientifiques sur les dimensions du temps démontrent qu’à chaque instant présent, nous sommes en communication avec notre futur et notre passé. Nous sommes des explorateurs du temps. Notre corps biologique, système énergétique et informationnel, n’est qu’un simple point de rencontre provisoire au présent entre notre passé vécu et notre futur projeté. L’homme est un extra-temporel. Libéré de la matière, il est amené à travers les temps de la Création à retrouver les lumières de son éternité et de son unité.

 

LE VIVANT COMME MODÈLE – Gauthier Chapelle et Michèle Decoust. Edition Albin Michel 2015.

Des millions d’années avant l’apparition de l’homme, la vie avait déjà inventé la roue, le moteur atomique, le sonar, le vol stationnaire, la capture de l’énergie solaire, l’éclairage électrique, le GPS et des myriades de techniques qui nous dépassent encore complètement : cicatrisation, reproduction, congélation suivie de réanimation, et des cerveaux dont chacun des milliards de neurones est un univers informatique. Pour le comprendre, il a fallu attendre que nos propres technologies atteignent les profondeurs moléculaires du vivant, nous révélant que les inventions de la nature étaient infiniment plus complexes que les nôtres.
« Le service Recherche et Développement de la nature a 3,8 milliards d’années d’avance sur ceux de nos entreprises », aime dire Janine Benyus, la naturaliste américaine qui a inventé le concept de biomimétisme. « Il s’agit de nous en inspirer pour pousser plus loin nos propres inventions, mais surtout pour corriger le tir de ces dernières, qui nous ont conduits dans les impasses écologiques que l’on sait. »
Il existe trois niveaux de biomimétisme. Le premier consiste à imiter les formes de la nature. Le second, de plus en plus prisé des industriels, repose sur l’imitation des matériaux et des processus naturels. La vraie révolution repose cependant sur le troisième niveau, qui consiste à imiter les stratégies du vivant, sa philosophie. Ce troisième niveau a des implications fascinantes. Ainsi, contrairement à l’image que nous nous faisons de la « loi de la jungle », la nature ne pratique la compétition que dans 10 % des rapports entre organismes. Les 90 % restants sont fondés sur la coexistence, le mutualisme, la coopération, le commensalisme, le parasitisme et la symbiose. À imiter absolument !

 

“La révolution d’un seul brin de paille – Introduction à l’agriculture sauvage” de Masanobu Fukuoka. 1975 Version originale. Edition Corrigée (2005 et 2015) Guy Trédaniel éditeur.

Au cours des quarante dernières années Masanohu Fukuoka a témoigné avec indignation de la dégénérescence de la terre et de la société japonaise. Comme un seul homme, les japonais ont suivi le modèle américain de développement économique et industriel, abandonnant leur riche héritage de travail simple et proche de la terre. Mais M. Fukuoka était déterminé à ne pas abandonner l’agriculture traditionnelle. Il l’affina, au contraire, à tel point que sa méthode d’agriculture sauvage demande moins de travail et cause moins de dégâts à la nature qu’aucune autre méthode tout en maintenant les mêmes rendements à l’hectare que les paysans voisins. Dans cet ouvrage d’une profonde sensibilité et qui fait réfléchir, M. Fukuoka décrit les événements qui l’ont conduit à développer sa méthode d’agriculture sauvage et l’impact qu’elle a eu sur sa terre, lui-même, et les milliers de personnes à qui il l’a enseignée. Il décrit la méthode elle-même et pourquoi il croit qu’elle offre un modèle pratique et stable de société basée sur la simplicité et la permanence. M. Fukuoka fait preuve d’une compréhension profonde des interactions entre l’agriculture et les autres aspects de la culture. Il sent que l’agriculture sauvage a son origine dans la santé spirituelle de l’individu. Il considère que la guérison de la terre et la purification de l’esprit humain sont la même chose et propose une manière de vivre et de cultiver où ce processus puisse se réaliser. Ce livre a pour but de changer les attitudes envers la nature, l’agriculture, la nourriture, la santé physique et spirituelle.

 

“Ceux qui sèment – Graines de résistance” de Janisse Ray. Edition Seepia. 2012

Direct, documenté et énergique, Ceux qui sèment est un voyage de jardin en jardin dans tous les États-Unis, qui mêle avec beaucoup d’humanité la botanique, l’agriculture, la sociologie et la politique pour comprendre pleinement l’importance de l’autonomie alimentaire. Écrivain de nature, Janisse Ray a pour passion les semences et les potagers, pour les gens et leurs histoires, qui sont aussi des histoires de graines et de légumes depuis quelques milliers d’années.
Elle met en lumière les enjeux de la guerre des semences actuellement en cours entre quelques méga-entreprises qui entendent standardiser et privatiser le vivant et des millions de paysans, fermiers et jardiniers qui tentent d’empêcher cette catastrophe. Comme pour l’eau, l’air et le feu, les semences font partie du patrimoine commun de l’humanité.
Vandana Shiva a apporté un soutien à ce projet. Cette édition française a été possible grâce à l’engagement de 170 personnes et 10 partenaires en France, au Québec et en Belgique. 1€/vente sera versé à Kokopelli et Navdanya.

Proverbe zen ” Soyer courageux, allez planter des graines. Sans passion, pas de graines. Sans compassion pas de moisson”.

 

LA DÉMOCRATIE AUX CHAMPS – Du jardin d’Éden aux jardins partagés, comment l’agriculture cultive les valeurs démocratiques. Joëlle Zask. Éditions La découverte. 2016

Du jardin d’Éden à la ” petite république ” de la ferme de Jefferson, des hortillonnages médiévaux d’Amiens à l’agriculture urbaine de Savannah, en passant par les kibboutz, les jardins ouvriers ou les jardins partagés urbains, et bien d’autres épisodes tous plus inventifs les uns que les autres, ce livre examine ce qui, dans les relations entre l’agriculteur ou le jardinier et la terre cultivée, favorise la formation de la citoyenneté, une puissance de changement considérable.

On a l’habitude de penser que la démocratie moderne vient des Lumières, de l’usine, du commerce, de la ville. Opposé au citadin et même au citoyen, le paysan serait au mieux primitif et proche de la nature, au pire arriéré et réactionnaire.
À l’opposé de cette vision, ce livre examine ce qui, dans les relations entre les cultivateurs et la terre cultivée, favorise l’essor des valeurs démocratiques et la formation de la citoyenneté. Défile alors sous nos yeux un cortège étonnant d’expériences agricoles, les unes antiques, les autres actuelles ; du jardin d’Éden qu’Adam doit ” cultiver ” et aussi ” garder ” à la ” petite république ” que fut la ferme pour Jefferson ; des chambrées et foyers médiévaux au lopin de terre russe ; du jardin ouvrier au jardin thérapeutique ; des ” guérillas vertes ” aux jardins partagés australiens.
Cultiver la terre n’est pas un travail comme un autre. Ce n’est pas suer, souffrir ni arracher, arraisonner. C’est dialoguer, être attentif, prendre une initiative et écouter la réponse, anticiper, sachant qu’on ne peut calculer à coup sûr, et aussi participer, apprendre des autres, coopérer, partager. L’agriculture peut donc, sous certaines conditions, représenter une puissance de changement considérable et un véritable espoir pour l’écologie démocratique.

 

L’ENVERS DE L’ASSIETTE de Laure Waridel, Edition écosociété 2003

Manger est un besoin essentiel. Répété trois fois par jour, ce geste a pourtant des conséquences qui dépassent largement les limites de l’estomac. En effet; les habitudes alimentaires de chacun ont des répercutions sur la santé des gens, sur celle de la planète et sur les populations qui y vivent. Ainsi, manger devient un geste hautement politique par lequel on peut exercer son pouvoir. L’envers de l’assiette est un guide alimentaire nouveau genre : engagé et socialement responsable. Son auteure y propose un éveil de la conscience sociale par les choix alimentaires. On y apprend qu’il est possible et simple “modifier son alimentation en s’inspirant de quatre concepts incontournables : les 3 N-J (Nu, Non-loin, Naturel et Juste). Le Nu touche l’emballage des aliments. Le Non-loin concerne le chemin parcouru par les aliments. Le Naturel suggère la réduction de l’utilisation de produits chimiques dans la production agricole et la transformation des denrées. enfin, le Juste propose quelques solutions pour remédier aux iniquités engendrées par les systèmes d’échanges et le partage inégal des ressources. Chaque jour, nous avons le pouvoir de prendre part à ces solutions. Munis de fourchettes et de couteaux, c’est à nous de passer à l’action.

Laure Waridel est cofondratrice d’Equiterre, une organisation vouée à la promotion de choix écologiques et socialement responsables. Elle est pionnière du commerce équitable au Québec.

 

LES INCROYABLES COMESTIBLES – Pam Warhurst et Joanna Dobson. Editions Actes Sud. 2015

Pam Warhurst est une activiste et environnementaliste anglaise. Elle est l’une des cofondatrices du mouvement Incroyables Comestibles, né à Todmorden dans son café coopératif, le Bear Café. Joanna Dobson est auteur et blogueuse britannique, elle vit à Sheffield, à quelques kilomètres de Todmorden.

 

 

 

DEMAIN UN NOUVEAU MONDE EN MARCHE – Cyril Dion. Éditions Actes Sud. 2015

Résumé :
Et si montrer des solutions, raconter une histoire qui fait du bien était la meilleure façon de résoudre les crises écologiques, économiques et sociales que traversent nos pays ‘ En 2012, Cyril Dion prend connaissance d’une étude, menée par vingt-deux scientifiques de différents pays, annonçant la disparition possible d’une partie de l’humanité d’ici à 2100. Cette nouvelle fait à peine l’objet d’un traitement de seconde zone dans les médias. Considérant qu’amplifier le concert des catastrophes ne fonctionne pas, il décide de partir, avec l’actrice-réalisatrice Mélanie Laurent et une petite équipe, découvrir à quoi notre monde pourrait ressembler si nous mettions bout à bout certaines des meilleures solutions que nous connaissons déjà dans l’agriculture, l’énergie, l’économie, l’éducation et la démocratie. Villes produisant elles-mêmes leur nourriture et leur énergie, systèmes zéro déchet, entrepreneurs et municipalité créant leur propre monnaie pour empêcher la spéculation et l’accaparement des richesses, peuples réécrivant eux-mêmes leur Constitution, systèmes éducatifs pionniers, ils découvrent partout des femmes et des hommes qui changent le monde. En reliant ces initiatives, ils mettent au jour une nouvelle philosophie, une communauté de pensée entre tous ces acteurs qui ne se connaissent pas. Un nouveau projet de société…

 DEMAIN – Les Aventures De Léo, Lou Et Pablo À La Recherche D’un Monde Meilleur ! Cyril Dion, Mélanie Laurent, Claire Keim.  Coédition Actes Sud Junior/Editions De L’amandier. 2015

Alors, avec leurs parents, ils partent en voyage, à la rencontre d’hommes et de femmes qui tâchent, dès aujourd’hui, de construire un monde plus respectueux des êtres humains et de la nature. Recycler la totalité de ses déchets, produire de l’énergie renouvelable, cultiver des légumes sans abîmer la terre, changer la façon d’enseigner aux enfants… Car, quand on unit ses idées et ses forces, ça marche tous ces exemples le prouvent et donnent à tous, aux petits et aux grands, envie de s’y mettre aussi ! Et toi, qu’en dis-tu ?

 

  LA VOIE DE LA SIMPLICITÉpour soi et la planète – Mark A. Burch. Editions Ecosociété Montréal. 2007

Depuis un certain temps, on assiste à l’éveil grandissant de la population quant aux effets pervers du surtravail et de la surconsommation. Pour contrer ces phénomènes, il n’y a pas mille solutions : aussi, les gens sont-ils de plus en plus nombreux à s’engager dans une démarche de simplicité volontaire. La voie de la simplicité s’inscrit dans ce vaste mouvement de société. Comme l’explique Mark A Burch, la simplicité volontaire n’est pas une fin, mais un moyen : un moyen pour ramener sa consommation à un niveau plus cohérent avec ses vraies valeurs, pour pouvoir choisir parmi ce qui est offert, dans le sens d’un épanouissement véritable. Un être humain est plus qu’un corps à rassasier et la simplification de sa vie lui permet d’explorer le mystère de sa nature profonde. Dans le tumulte incessant de la société de consommation, les gens sont emportés dans un tourbillon d’obligations, d’influences et de compétition qui accaparent tout leur temps. Or, on a besoin de temps pour se pencher sur les vraies questions et pour donner un sens à sa vie. Cet ouvrage renseignera les nombreuses personnes intriguées par la simplicité volontaire ; il aidera aussi celles qui ont déjà amorcé une démarche en ce sens à poursuivre leur réflexion et à approfondir leur choix. La simplicité volontaire permet de commencer à agir ici et maintenant, pour améliorer son propre sort, celui de la collectivité et celui de la planète tout entière ; c’est un moyen de reprendre en main le contrôle de sa vie et de retrouver son pouvoir devant ce que les dirigeants présentent comme un futur inévitable.

 

  LES CRÉATIFS CULTURELS – Ariane Vitalis. Editions Yves Michel. 2016

Alors que la société occidentale moderne arrive à bout de souffle, une véritable dynamique collective grandit dans la société civile. Partout dans le monde, des milliers d’individus ont pris la ferme décision de ne plus soutenir un modèle capitaliste, compétitif et patriarcal en déclin. Ils construisent leurs propres maisons passives, mangent bio et local, boycottent la grande distribution, expérimentent une démocratie participative, deviennent entrepreneurs sociaux, cultivent la terre, rejoignent des banques éthiques ; ils se questionnent sur le sens de leur vie et s’imprègnent de différentes formes de spiritualités ; ils voyagent, innovent, réinventent le lien social et inspirent un nouvel élan de liberté et d’émancipation, au niveau collectif et individuel. Engagés et en quête de sens, les Créatifs Culturels sont les pionniers, à échelle mondiale, d’un véritable changement de civilisation. A travers une enquête de terrain et des références historiques et sociologiques majeures, Ariane Vitalis nous présente une vision globale et synthétique des grands enjeux planétaires, de ses différents acteurs d’hier et d’aujourd’hui, en abordant des disciplines et thématiques extrêmement variées. Le XXIe siècle s’apprête à vivre des mutations sociétales, culturelles, environnementales et épistémologiques profondes et inédites.

 

FAMILLE PRESQUE ZÉRO DÉCHET – Ze Guide – Jérémie Pichon. Éditions Thierry Souccar. 2016

Réduire ses déchets est le premier geste écologique du quotidien. Mais comment y parvenir ‘ C’est ce que se sont demandé Jérémie et Bénédicte. Lancés dans l’aventure zéro déchet, ils ont repensé un à un tous les actes de la vie quotidienne : faire ses courses, cuisiner, nettoyer la maison, la meubler, se laver, se maquiller, s’habiller, travailler au bureau, jardiner, bricoler, faire la fête… Résultat : ce livre, illustré en couleurs et plein d’humour, avec des centaines de conseils pratiques et d’alternatives simples pour le quotidien. Comment organiser un pique-nique sans plastique ; acheter viande et fromage sans emballage ; fabriquer un liquide vaisselle et des cubes nettoyants pour les wc sans chimie polluante ; confectionner sa crème hydratante, sa mousse à raser et son déo ; préparer des goûters à emporter zéro déchet , se procurer des jouets sans carton ni polystyrène. Suivre leur chemin, c’est s’assurer un bilan écologique positif (1 poubelle de 15 L pour 5 semaines). Mais la cerise sur le gâteau, c’est que l’aventure est bénéfique pour le porte-monnaie, la santé, le goût (on redécouvre le fait-maison), le moral (renforcement positif) et les relations sociales. Le zéro déchet, l’essayer c’est l’adopter ! Jamais Jérémie et Bénédicte ne reviendront en arrière.