Études publiées

1 – Le “guide essentiel de la transition pour débutant”, de Rob Hopkins.

Autonomie alimentaire et Transition vont de pair. Aussi, pour préparer la constitution d’un collectif de transition dans votre ville parallèlement à l’agenda 21 de l’Autonomie Alimentaire ou accompagner un programme existant de ville en transition, voici en libre téléchargement :

 “Le Guide Essentiel de la Transition” (pour débutants) !

Comment lancer la Transition dans votre rue, votre quartier, votre commune et votre territoire proche ? Une création de Rob Hopkins et de l’équipe Transition Network, transitionnetwork.org

“Pourquoi avoir créé un Guide du débutant ? Cela fait maintenant 10 ans que dans plus de 50 pays, dans des villes et des villages, des institutions et des organisations, nous soutenons des groupes qui veulent lancer la Transition. Forts de cette expérience, nous comprenons aujourd’hui relativement bien ce qui fonctionne et ne fonctionne pas et c’est ce que nous souhaitons partager avec vous afin que vous puissiez être le plus efficace possible, le plus rapidement possible. Nous avons rédigé de nombreux documents et outils dans le but d’aider les groupes à faire et à être la Transition. Dans ce Guide du débutant, nous passons en revue tout ce que vous avez besoin de savoir depuis vos premiers pas à la mise en place de projets extraordinaires là où vous vivez. Ce Guide, c’est un peu votre Kit du débutant de la Transition. Emportez-le, usez-le, faites de belles choses.”

Quelques chiffres – Ce Guide est le fruit de nos 10 années d’expérience en tant que facilitateurs de la Transition auprès de 1400 initiatives dans 50 pays. Il contient :
– 64 pages ;
– 1 bilan de santé de la Transition ;
– 7 ingrédients essentiels d’une Transition réussie ;
– 3 « gardiens » dont vous avez besoin à chaque réunion ;
– 1 « nombre magique » ;
– 7 ingrédients pour un groupe diversifié ;
– 11 idées de belles célébrations ;
– 5 étapes de la vie d’un groupe ;
– 37 idées de projets pratiques que vous pourriez lancer.

Remarques concernant la version française
Ce guide essentiel contient un grand nombre de liens qui renvoient vers des informations pratiques et détaillées. Actuellement, ces pages s’affichent principalement en anglais. Le réseau Transition Wallonie-Bruxelles travaille à leur traduction et adaptation afin que tout ceci soit disponible en français au plus tard en juin 2017. En attendant, nous espérons que vous pourrez vous débrouiller avec les fiches en anglais ou que vous trouverez vos réponses sur notre site en français !

Publié en Grande-Bretagne en 2016 par le Transition Network
43 Fore Street, Totnes, Devon – TQ9 5HN.
Téléphone – 00 44 (0) 1803 865669
info@transitionnetwork.org, www.transitionnetwork.org

Créé par Rob Hopkins et Michael Thomas, avec les contributions de Sophy Banks, Ainslie Beattie, Ben Brangwyn, Naresh Giangrande, Sarah McAdam, Claire Milne et les Transitionneurs du monde entier.

Lien pour téléchargement direct du Guide de 64 pages en PDF.

2 – “AUTONOMIE ALIMENTAIRE DES VILLESÉtat des lieux et enjeux pour la filière agro-alimentaire française”. Utopies / Note de position.12 mai 2017

C’est fou, 98% des aliments consommés localement sont “importés” !

Selon cette étude nationale de l’autonomie alimentaire des villes datant de mai 2017, le degré d’autonomie alimentaire des 100 premières aires urbaines françaises serait ainsi de 2% en moyenne, tandis que 97% de l’agriculture locale de ces mêmes 100 premières aires urbaines finit dans des produits alimentaires consommés à l’extérieur du territoire. C’est fou, “on marche sur la tête” diraient les anciens. On comprend facilement le dysfonctionnement de nos sociétés modernes qui ne disposent plus d’autonomie, donc de résilience en cas de rupture d’approvisionnement. Comment en sommes-nous arrivés là ?

Exemple : l’agglomération de Chambéry se trouve en 29ème position parmi les 100 principales aires urbaines françaises.

L’autonomie alimentaire de Chambéry est estimée à 2,29% !

En moyenne, nous ne consommons que 3 à 5% de légumes, fruits et plantes qui sont produits localement autour de Chambéry. Mais tout de même 7% de produits laitiers. Tout produits confondus, c’est 2,29% pour être précis. Ces chiffres reflètent la situation en 2016-2017 estimée par Boris Chabanel, expert en économie locales durables chez Utopies, qui classe ainsi l’agglomération de Chambéry en 29ème position parmi les 100 principales aires urbaines françaises.

Pour Chambéry, ce « panier local moyen » ne serait donc pour le moment que de 2,3%. Et c’est 1,4% à Grenoble et seulement 0,8% à Annecy… Des valeurs très faibles, mais aucune des 100 plus grandes villes de France ne peut se prévaloir à ce jour d’un taux à deux chiffres. La palme revient à Avignon, avec 8,1%. On entend ici par ville leurs agglomérations étendues.

Selon cette étude de mai 2017, le degré d’autonomie alimentaire des 100 premières aires urbaines françaises serait ainsi de 2% en moyenne : La part du local dans la totalité des produits agricoles incorporés dans les différents produits alimentaires (bruts, élaborés, transformés ou cuisinés) consommés par les ménages locaux reste donc très marginale. Dit autrement, 98% du contenu des aliments consommés localement sont importés. Et la raison n’est aucunement une carence de production alimentaire sur les territoires en question, puisque dans le même temps, 97% de l’agriculture locale de ces mêmes 100 premières aires urbaines finit dans des produits alimentaires consommés à l’extérieur du territoire.

En termes monétaires, cela signifie aussi que les habitants des aires urbaines ne contribuent chacun de manière directe qu’à hauteur de 15 ou 20 euros annuels aux revenu de leurs producteurs locaux.

Cette situation a des conséquences en terme d’impact environnemental (intensité des transports routiers via les camions qui importent et exportent parfois les mêmes types d’aliments) mais aussi de lien social (perte de connexion entre ceux qui produisent et ceux qui consomment sur un même territoire).

Les conséquences ne sont bien sûr pas anodines. Cela impliquerait de réduire significativement la prédominance d’un modèle basé sur la spécialisation des territoires et la standardisation des produits. Et aussi de revisiter les modes de contrôle et de régulation des échanges. Qui décide de ce que je mange et quel prix je dois payer ?

A l’heure où un nombre croissant de territoires affichent une volonté d’accroître leur autonomie alimentaire, on comprend que l’enjeu premier est de rapprocher la production agricole locale de la demande des ménages résidents.

En attendant, cultivez votre jardin. L’autoconsommation individuelle et communautaire n’est pas comptabilisée dans cette étude. La réalité est donc moins pire que celle qu’on vous raconte.

http://www.nivolet.com/…/lautonomie-alimentaire-de-chamber…/

À combien estimez-vous la durabilité de votre ville en cas de rupture d’approvisionnement des circuits mondiaux de nourriture pour une raison économique, sociale, environnementale ou bien climatique ? Ou deux, ou trois raisons à la fois comme le nuage d’un volcan qui bloque les transports pendant un mois, et donc toute l’économie et met la cohésion sociale du pays en tension…

Source : http://www.utopies.com/…/p…/autonomie-alimentaire-des-villes

On comprend pourquoi de plus en plus de communes choisissent la voie du retour à l’autonomie alimentaire par les circuits courts d’approvisionnement de produits issus de l’agriculture biologique, de l’agroécologie et de la permaculture. Qu’en dites-vous ?

Rejoignez le groupe Facebook Autonomie Alimentaire France :
https://www.facebook.com/groups/140859910011103/