Accueil La Permathérapie PERMATHERAPIE – « La vigilance ouvre à l’état de conscience »

PERMATHERAPIE – « La vigilance ouvre à l’état de conscience »

Billet n°11 – La vertu de la vigilance –

Je vais aborder au cours des prochains billets, les trois vertus qui servent la relation à soi, constituant tout un programme de travail sur soi, et cette « noble tache » est le fondement de la libération intérieure.

Trois vertus ont été choisies pour cela, la vigilance, l’intégrité et la simplicité.

Ce billet aborde la vertu de la vigilance, sa définition et en quoi elle est une vertu dans le cadre de cette « noble tache » du travail sur soi.

Être en état de vigilance, est être attentif, c’est-à-dire devenir conscient de ce qu’il se passe en moi du point de vue de mes ressentis qu’ils soient physiques, sensitifs ou intuitifs, de mes pensées, mes paroles ou mes actes, mais également, de ce qu’il se passe autour de moi, dans ma relation à l’autre et à la nature.

Comme c’est juste une observation, elle ne comporte pas de jugements.

Cette attention me met en présence du Soi, en présence simplement, dans l’instant.

En quoi, la vigilance est-elle une vertu à cultiver ?

Comme pour les autres vertus, j’en suis entièrement responsable, personne d’autre que moi ne possède la commande de l’attention, de la vigilance, de la présence à l’instant, malgré les innombrables sollicitations qui m’entourent. Je suis le seul maître à mon bord. En outre, je suis ou ne suis pas en état de vigilance. Je suis conscient ou pas.

IL Y A UN AVANT LA VIGILANCE ET UN APRÈS LA VIGILANCE

Les vertus qui servent la relation à soi sont, il faut le reconnaître, un peu plus difficile à cultiver, mais il suffit de démarrer pour enclencher le processus et se rendre compte qu’il y a un avant la vigilance, et un après la vigilance, comme avec les autres compagnes, il y a bien un avant et un après le partage, ou la transparence.

Que me permet la vigilance ?

Comme c’est la vertu de l’observation de soi sans jugement et de l’attention, attention à ses pensées, ses émotions, ses ressentis, ses actes, ses paroles, elle permet le discernement et avec lui l’état de conscience.

LES PLUS GRANDES DÉCOUVERTES QUE JE PUISSE FAIRE SONT CELLES ME CONCERNANT

Elle permet la révélation des dons et talents qui sont enfouis en moi et que je ne savais pas atteindre.
Elle me conduit à sortir du conditionnement, du systématisme, des habitudes délétères,
des croyances, du toujours pareil, du toujours comme avant, de la routine.

Emporté hors de moi par mes émotions et mes pensées automatiques, je ne suis plus moi et vis dans un état non-conscient en automate qui réagit aux sollicitations extérieures permanentes.

La vigilance est la vertu de la mise en lumière, elle permet de me voir fonctionner sans jugement dans cet automatisme, dans cette non-conscience et lorsque  le vécu est vu, alors je peux « reprendre la main », je reprends la responsabilité de qui je suis.

Alors apparait le vrai Soi, la conscience de Soi.

LA VIGILANTE OBSERVATION DE SOI CHANGE MA RELATION A L’AUTRE

La vigilante observation de soi, me permet aussi de voir l’autre avec un autre regard et là tout change. Me voir sans jugement, avec bienveillance et discernement en observant ma propre réaction face à l’autre, change toute ma relation à lui. De plus, je peux le voir aussi sans jugement et donc l’aimer.

Par contre, la non-vigilance perpétue l’aveuglement, l’attitude mécanique, robotique, le jugement perpétuel sur tout, la fermeture d’esprit, l’enfermement dans l’illusion de mes croyances et de mon conditionnement.

La non-vigilance construit en les permettant et en les ignorant, beaucoup de barrières et crée la séparation et l’isolement.

Comment puis-je être aidé dans ce travail intérieur ?

Bien sûr plusieurs voies existent, et nombreux sont les enseignants et maîtres qui ont proposé leur méthode. Chacun selon son aspiration sera guidé par sa voix intérieure.

Pour ma part, je proposerai ultérieurement une petite pratique facilitant l’observation.

En attendant, lorsque vous mettez les mains dans la terre, que vous faites des semis et que vous plantez, même dans un pot, il vous faudra pratiquer la vigilance pour cette graine plantée. Comme une plante n’a pas d’émotions et de mental, elle ne pourra pas vous affecter, par contre elle permettra d’attirer votre attention pour être maintenue en vie. A vous alors d’observer votre attitude intérieure vis-à-vis d’elle.
C’est déjà un bon début pour cultiver la vigilance.

Sabine Becker

16 mai 2016

Crédit photo : François Rouillay. Mimine attentive à la pousse des haricots. DR.

Ce billet vous a plu, vous aide dans votre cheminement, vous aimez l’open source? Nous vous invitons à nous soutenir en faisant un don à l’association « Les Cercles vertueux – Prendre soin de Soi de l’autre et de la Terre ». Merci.


 

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *